Qu’il y a-t-il dans vos parfums ?

Vous savez que la chimie s’insinue partout. Plus de 100’000 produits chimiques artificiels ont ainsi été créés par l’industrie chimique. Personne, aucune institution ni autorité de régulation, n’est capable aujourd’hui de savoir exactement quelles sont toutes les substances chimiques de synthèse en circulation sur Terre aujourd’hui ! Ces produits chimiques sont souvent toxiques et ils sont aujourd’hui sur le banc des accusés car il apparaît qu’ils sont responsables de bien des maux:

– augmentation des cancers, des maladies inflammatoires, du diabète, de l’hyperactivité de l’enfant, de la stérilité des couples, des maladies auto-immunes, etc.

Ces innombrables produits chimiques toxiques, nous les retrouvons partout: dans les aliments que nous consommons, dans l’eau que nous buvons et dans l’air que nous respirons. Mais, même les personnes sensibles à la question ne pensent pas toujours aux parfums de synthèse. Ils sont pourtant omniprésents dans les eaux de toilette et les parfums bien-sûr, mais aussi dans les savons, les produits d’hygiène, les cosmétiques, les détergents, les mauvais encens, les parfums d’ambiance, etc.

Le travail de Greenpeace: un parfum de scandale

Greenpeace a mis les pieds dans la mare en 2005 en publiant une étude explosive sur les parfums, intitulée: Un parfum de scandale. Leurs experts ont ainsi fait analyser les constituants de 36 parfums connus.

Il faut en effet savoir que les parfumeurs disposent du privilège exorbitant  de ne pas avoir à indiquer la composition des parfums qu’ils commercialisent. C’est une cuisine Top Secret qui leur  permet de mélanger n’importe quel produit chimique. Ainsi, un parfum peut être constitué de 100 ingrédients chimiques de synthèse différents ! Il y a en effet bien longtemps que les parfums usuels ne contiennent plus ou presque plus de parfums naturels. La chimie est décidément partout…

Les résultats de ces analyses sont édifiants: la grande majorité de ces 36 marques de parfums et eaux de toilette contiennent de grandes quantités de contaminants chimiques volatils et dangereux. Etant donné l’utilisation quotidienne de ces parfums, les substances toxiques se retrouvent dans le sang et le lait maternel. Il sont d’autant plus dangereux que ces substances sont volatiles et se retrouvent donc très facilement dans nos bronches, et donc dans notre système sanguin !

Les deux principaux contaminants sont les muscs polycycliques et les phtalates, en particulier le diéthyl phtalate. Or, des preuves de plus en plus nombreuses s’accumulent confirmant les effets de perturbations hormonales et métaboliques provoquées par ces substances dangereuses.

Les muscs synthétiques

Ils sont utilisés par les industriels à la place des muscs naturels beaucoup plus onéreux. En aparté, pour ceux qui chercheraient du musc naturel, il faut savoir que c’est un substance extraite d’une

glande du chevrotain porte-musc mâle, qu’il faut tuer pour en extraire 30 grammes environ !

Les muscs synthétiques sont donc présents dans de nombreux produits quotidiens comme les détergents, les rafraîchisseurs d’ambiance, les encens, les crèmes, les savons et les parfums. Ces muscs sont des substances chimiques persistantes que l’on retrouve dans l’environnement et en particulier dans les milieux aquatiques et marins. Ils se concentrent aussi dans le sang humain et le lait maternel. Or, il a été démontré chez plusieurs espèces animales que les muscs synthétiques interfèrent avec le milieu hormonal et augmentent la toxicité des autres substances toxiques.

Les effets à long terme des muscs chimiques semblent particulièrement inquiétants, d’autant qu’ils sont accusés de perturber le métabolisme, d’être mutagène, et de déséquilibrer le système immunitaire.

Certains parfums testés contiennent des doses très élevées de muscs synthétiques: de 45 à 94g pour 100g !

Le diéthyl phtalate ou DEP

Il est largement utilisé dans les principaux cosmétiques, produits d’hygiène et parfums, comme solvants et véhicule des fragrances. Le DEP diffuse dans tout l’organisme après inhalation ou par absorption cutanée. Les effets à long terme du DEP sont corrélés avec des modifications de l’ADN des cellules du sperme. D’autres types de phtalates, également présents dans ces parfums, sont réputés chez l’animal pour affecter la reproduction.

D’une façon générale, les phtalates sont classés dans la catégorie des perturbateurs endocriniens corrélés avec les troubles suivants: baisse de la fertilité, atrophie testiculaire, développement prématuré des seins, diabète, obésité abdominale, asthme.

Le DEP était présent dans 34 des 36 parfums analysés, jusqu’à 22g pour 100g !!!

Responsabilité et liberté de choisir

La présence de polluants chimiques toxiques dans un grand nombre de produits cosmétiques et de parfums est maintenant largement reconnue. La liste des effets néfastes de cette pollution s’alonge chaque jour, ainsi que les risques qu’elle fait courir sur notre santé.

La situation semble particulièrement préoccupante chez les jeunes femmes puisque les nombreux polluants sont transmis à l’enfant par le sang et le lait maternel.

Les produits conventionnels de soins et d’hygiène pour bébés sont également très problématiques, et il est heureux qu’il existe maintenant des produits Bio pour les bébés qui sont particulièrement vulnérables aux produits chimiques qui interfèrent avec leur développement.

Concernant les parfums, produit hautement personnel et émotionnel, il est souvent très difficile d’accepter de changer. Beaucoup de femmes notamment, pourtant converties au Bio pour la cosmétique, ont du mal à franchir le pas. Pourtant, je considère les parfums comme un des produits les plus dangereux avec les crèmes solaires !

Il faut savoir que les alternatives existent: beaucoup de marques de cosmétiques Bio proposent des eaux de toilette très agréable (quoique avec une persistance de l’odeur plutôt réduite dans le temps) et naturelles: citons Melvita ou encore Florame par exemple. Les véritables parfums sont bien plus difficiles à trouver. A l’Espace Renaissance, nous travaillons depuis plusieurs années avec la marque allemande Florascent: ils réalisent un véritable travail de parfumeur avec des essences naturelles dont la fragrance tient au fil des heures. Surtout, c’est une véritable recherche de SON parfum qui doit se faire: le recours aux essences naturelles amène un produit qui réagira très différemment selon chacun. Il faut donc prendre son temps et partir à la découverte de nouvelles senteurs pour se réapproprier son nouveau parfum avec plaisir…

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Diane dit :

    Me semble que le choix n’est pas si difficile à faire ,,, parfum ou santé. Moi je choisi la santé avant tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s