Extrait de pépins de pamplemousse : on trouve pas mieux !

Extrait de pépins de pamplemousseL’extrait de pépins de pamplemousse (EPP) devient de plus en plus populaire depuis une quinzaine d’années, et notamment grâce aux travaux du Dr Jacob Harich dans les années 80-90. Il est surtout connu pour ses extraordinaires propriétés antibiotiques, tout en étant naturel. Ainsi, de nombreuses études comparatives ont démontré qu’il a un effet équivalent, voire supérieur, aux antibiotiques et antimycotiques les plus puissants. Et, élément essentiel, il n’affaiblit pas le système immunitaire.

L’extrait de pépins de pamplemousse peut s’utiliser par voie externe pour :

  • La bouche : aphtes, herpès des lèvres, muguet, gingivite…
  • La peau : acné, dermatites, psoriasis mais aussi petites coupures ou brûlures, piqûre d’insectes, verrues, mycoses…
  • Les cheveux : pellicules, démangeaisons du cuir chevelu, poux?
  • Les pieds : eczéma des orteils, verrues plantaires, infections à champignons.
  • Les ongles : onychomycose, panaris.
  • Les organes génitaux : vaginite, infections vaginales, parasites…

Par voie interne, il est également très intéressant et puissant pour :

  • Les infections du système digestif, intoxications alimentaires, diarrhées, maladies parasitaires…
  • Les ulcères de l’estomac et du duodénum (il tue Helicobacter pylori),
  • Le Candida albicans, les candidoses et autres mycoses.
  • Le rhume, les infections de la sphère ORL en général, la grippe, les affections bronchiques…
  • Les infections urinaires et cystites.
  • La fatigue chronique et l’affaiblissement immunitaire.
  • Les allergies (car il est aussi hypoallergène).
Titre du livre "Livre de blagues" "Cet antibiotique là va vous tuer à coup sûr !"
Titre du livre « Livre de blagues »
« Cet antibiotique là va vous tuer à coup sûr ! »

Récemment, plusieurs études (1) ont confirmé les propriétés bactéricides de l’EPP : son action s’étend ainsi à 800 souches de bactéries et virus, de très nombreux parasites unicellulaires et une bonne centaine de souches de champignons. De plus, « L’extrait de pépin agit en désorganisant la membrane cytoplasmique et mitochondriale des micro-organismes. Avantage imparable par rapport aux antibiotiques chimiques : l’EPP inhibe les bactéries nocives au niveau intestinal mais ne touche pas les indispensables bifidus et ne diminue que très peu les lacto-bactéries. Globalement, l’ensemble de la flore s’en trouve améliorée. » (2)

Mais attention à choisir un produit de qualité : dans un certain nombre de cas vous ne verrez aucune différence avec ou sans, et dans bon nombre d’autres cas, on retrouve certains produits chimiques ayant servi à la fabrication. On cherche à éviter en particulier le triclosan, chlorure de benzéthonium, chlorure de benzalkonium ou encore du methyl paraben. Cela n’apparaît pas dans la liste des ingrédients mais des résidus peuvent se retrouver dans le produit final en quantité importante.

Il y a ensuite la guerre des pourcentages en bioflavonoides. Quelque soit la méthode de fabrication vantée, la norme veut que l’on retrouve environ 20% d’EPP pur dans le produit fini, ce qui donne 400mg de bioflavonoides. Les produits affichant plus ne sont pour autant pas des escroqueries, mais cela dépend en fait de la méthode de calcul utilisée (chromatographie en phase liquide à haute performance, ou par test U.V.).

Dans tout ce dédale de référence, voici le produit que nous vous conseillons : l’Extrait de Pépins de Pamplemousse de la marque Longline en Suisse. Il en existe bien entendu d’autres de bonnes qualités, mais c’est celui que nous connaissons le mieux : il est certifié Bio, ne contient aucun résidu toxique, est fabriqué en Allemagne et présente une excellente traçabilité.

L’hiver arrive: c’est le moment de tester l’EPP, et vous verrez que tout se passera bien mieux !

(1) Antimicrobial activity of grapefruit seed and pulp ethanolic extract – Cventniz et Vladimir-Knezevic. Acta Pharm. 54 (2004) 243?250. The effectiveness of processed grapefruit-seed extract as an antibacterial agent: II. Mechanism of action and in vitro toxicity. – Heggers JP et al. J Altern Complement Med. 2002 Jun; 8(3):333-40.

(2) Revue Alternative Santé, février 2014 

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Roulot Raymonde dit :

    A vous lire , j’ai bien compris que, souffrant d’hypertension et d’arythmie( fibrillation auriculaire+tachycardie)il ne m’est pas autorisé de prendre de l’extrait de pépins de pamplemousse, mais, en usage externe ? j’ai, par exemple, souvent des aphtes très inconfortables, pensez-vous que je puisse l’utiliser?
    Merci de bien vouloir m’éclairer.
    Par ailleurs, sur les conseils de Monsieur Ponroy, j’avais commandé chez vous le bracelet: PHI BIOBAND, sachez qu’il m’a apporté beaucoup….
    Merci pour tout.

    1. Bonjour,
      Effectivement, il y a des contre-indications avec l’EPP, lorsque l’on prend certains médicaments comme le Sintrom (anti-coagulant) par exemple.
      Par contre, il n’y a aucun problème à le prendre par voie externe ou en bain de bouche. Je vous conseille vivement de le faire pour vos aphtes: cela marche bien. Si possible : 20 gouttes (pour un EPP de bonne qualité) dans un peu d’eau, et 30 secondes au moins à faire tourner dans la bouche, matin et soir.
      Si vous voulez une formule renforcée, vous pouvez rajouter à l’EPP 1 goutte d’huile essentielle de clou de girofle + 1 goutte de Laurier noble et une goutte de lavande aspic.
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s