L-tryptophane : acide aminé essentiel

imagesLe L-tryptophane fait partie de ces nutriments interdits à la vente libre pendant plus de dix ans, et qui est de nouveau disponible depuis quelques années, pour notre plus grand bien.

En 1989, les Etats-Unis interdisent le L-tryptophane (et l’Europe dans la foulée en 1990) à cause d’un lot mal préparé et contaminé par une seule usine japonaise. Vous noterez la différence de traitement et la rapidité de l’interdiction dans le cas d’une molécule n’intéressant pas les grands laboratoires pharmaceutiques, en comparaison avec ce qui se passe pour d’autres substances Ô combien plus dévastatrices et toujours en circulation malgré les morts et autres handicaps à vie (dernièrement encore le Médiator, ou encore la pilule contraceptive Bayer, mais aussi le vaccin contre le Papillomavirus humain HPV). Cherchez l’erreur ?!?

Cette remarque mise à part, le L-tryptophane mérite que l’on s’y intéresse vraiment…

Le L-tryptophane est l’un des 8 acides aminés essentiels de l’alimentation humaine. C’est le précurseur métabolique de la sérotonine, de la mélatonine et de la niacine. Il a été dévouvert en 1901 par Sir Frederick Growland qui en a démontré l’importance vitale. Le L-tryptophane est ainsi utilisé pour soulager la dépression, favoriser l’endormissement et aider à perdre du poids.

téléchargementDans l’alimentation, le tryptophane est apporté par des aliments riches en protéines comme la viande, le poisson, les oeufs, les produits laitiers, mais aussi les féculents ou les fruits secs. Mais il est détruit par des cuissons trop longues ou une chaleur trop forte. Le L-tryptophane est en fait l’acide aminé le moins abondant dans l’alimentation, et les carences sont fréquentes. C’est d’autant plus vrai que l’apport en tryptophane, pour être utile à notre organisme, devrait être réalisé entre 6 et 8 heures avant le coucher pour que la digestion des protéines soit totale, que le tryptophane soit stocké dans le foie et libéré petit à petit dans la circulation. De plus, le cerveau reçoit généralement moins de 1 % du tryptophane ingéré, à cause de la barrière hémato-encéphalique, dont le rôle est d’empêcher les toxines (et même des quantités excessives de nutriments) de pénétrer dans le cerveau. Même pour des nutriments essentiels, le passage via des molécules de transport appelées « transporteurs » se révèle parfois très difficile.

Le tryptophane doit partager ses « transporteurs » avec cinq autres acides aminés : la tyrosine, la phénylalanine, la valine, la leucine et l’isoleucine. Ainsi, par exemple, un excès ou un défaut de tyrosine inhibera le passage du tryptophane vers le cerveau.

Le L-tryptophane est un précurseur métabolique de la sérotonine. Dans l’organisme, après son absorption et sous l’influence d’une enzyme, la tryptophane hydroxylase, le L-tryptophane est transformé en L-5-hydroxytrytophane, à son tour métabolisé en sérotonine sous l’influence des enzymes décarboxylases.

Le L-tryptophane, un antidépresseur naturel

La sérotonine est un neurotransmetteur qui joue un rôle important dans la régulation de l’humeur et du moral. Le tryptophane est aussi à l’origine de la synthèse de la mélatonine, appelée couramment « hormone du sommeil », et de la niacine, appelée aussi vitamine B3. De nombreuses études montrent qu’une élévation des concentrations de tryptophane dans le cerveau a pour résultat une augmentation de la libération de sérotonine. Celle-ci jouant un rôle essentiel dans la régulation de l’humeur, du moral et du sommeil, le tryptophane se voit attribuer les mêmes propriétés.

Parmi les nombreuses études cliniques publiées depuis les années 1970 et portant sur l’utilisation du tryptophane dans la dépression, celles utilisant des doses modérées (1 à 3 g quotidiens) ont souvent eu de meilleurs résultats que celles avec des doses plus importantes (6 à 9 g quotidiens). Cela est dû à la tryptophane pyrrolase (TP), une enzyme hépatique. Cette enzyme joue un rôle clé dans les voies normales de dégradation du tryptophane hépatique.

Le L-tryptophane favorise l’endormissement

La capacité du tryptophane à favoriser l’endormissement a été décrite pour la première fois en 196212. Le tryptophane a alors été abondamment utilisé comme traitement chez des sujets ayant des difficultés à s’endormir.
Près de 50 études ont testé le tryptophane comme somnifère. Bien que les résultats soient variables, un consensus a été établi : le tryptophane peut être un somnifère efficace dans certaines circonstances. Alors qu’il est inefficace comme somnifère standard dans des cas d’insomnie sévère, il peut diminuer de près de moitié le temps d’endormissement dans des cas d’insomnie légère et cela même à de faibles doses (250 mg).

Bref, vous l’aurez compris, on aurait tort de se priver de cet aminé essentiel. Il existe par ailleurs de nombreux produits sur le marché : une des formules les plus complètes que nous pouvons vous conseiller s’appelle Seriline, de la marque Longline en Suisse. Vous pouvez le trouver sur le site de Espace Renaissance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s